Actualités RSS
Partager cette page
Ven. 22/05/2015 - 15:35 CEST

Le XV type du Top 14 saison 2014-2015

Elle n’est pas encore totalement finie, mais l’on sait déjà que cette saison a été âprement disputée. Les polémiques autour de la récente pré-sélection de 36 joueurs par Philippe Saint-André ne tarissent pas ces derniers jours. Elément d’explication : nombreux sont les joueurs à s’être illustrés, et pas que des français. Cette saison a donné lieu à un festival d’essais, c’est forcément sur les lignes arrières que le choix a été le plus difficile pour notre sélection Top14: le Stade Français, Clermont, Toulon, Bordeaux mais aussi paraxodalement Castres n’ont pas été avares à l’heure d’envoyer du jeu.

Première ligne type TOP 14 avants 2014-15

1. Xavier Chiocci (RC Toulon)

Le grand espoir des piliers, avec un joueur comme Rabah Slimani, pilier droit qui évolue au Stade Français. Xavier Chiocci, tranquillement mais sûrement, pose les jalons d’un avernir toulounnais qui s’annonce radieux. Ses prestations maîtrisées cette saison lui ont permis de connaître une présélection dans le groupe des 36 en vue de la Coupe du monde 2015. Si la vraie pénurie en France est au poste de pilier droit, nul doute qu’il s’est déjà fait une place.

2. Brice Mach (Castres Olympique)

Pour remettre la maison à l’endroit, il a fallu être solide. Au coeur de l’hiver, la melée castraise a fait le boulot, même si ça ne s’est pas avéré payant dès le début avec des défaites étriquées à Brive (9-11) ou contre le Racing (6-14). Cette saison, Brice Mach a mis deux essais, n’a jamais pris de carton de la saison… Copie parfaite. Avant de passer le relais aux arrières, Grosso et Lamerat, des 3/4 qui se trouveraient presque les yeux fermés et ont permis à Castres d’engranger quelques bonus offensifs donné la réelle première bouffée d’air frais au club vers la fin.

3. Uini Atonio (Stade Atlantique Rochelais)

146 kg, rien que ça. Le Rochelais, qui s’est révélé et a connu sa première sélection en Bleu l’an dernier, a largement contribué au maintien des Rochelais. Si à domicile, ils ont su imposer leur force régulièrement, à l’extérieur ils ont su gratter les points qu’il fallait être rugueux, en gagnant à Bordeaux (22-21), en faisant nul à Lyon (16-16), à Montpellier (15-15) ou contre les équipes franciliennes. Grâce en partie à ce grand gaillard, qui fait partie des 36 présélectionnés pour la Coupe du Monde avec l’équipe de France. A juste titre.

Deuxième ligne saison 2014-15 Top14

4. Iosefa Tekori (Stade Toulousain)

Le Samoan qui a rejoint Toulouse il y a deux ans réalise une saison de très bonne facture. Après un début de saison galère, le retour aux fondamentaux part de la mêlée. Les Rouge et Noir lui doivent leur salut cette saison, après avoir été un temps relégable. Et Tekori n’y est pas étranger. Une valeur sûre de ce Top14 qui a fini de s’affirmer quand le club de Guy Novès a remis la marche en avant. Si le club a sombré sur la fin de sa campagne de poules en Champions Cup, en Top 14 c’est l’inverse, et cette courbe ascendante laisse espérer le meilleur.

tk

5. Romain Taoffifenua (RC Toulon)

S’il n’est pas catalan comme Mach, c’est en tout cas un ancien perpignanais qui est présent dans cette équipe type. Malgré la concurrence d’ogres comme Botha ou Williams, voire aussi celle de Suta il a su s’imposer dans la rotation du club de la Rade. Taoffifenua n’a jamais été en danger dans le XV type. Il a progressé sur tous les plans et sur la longueur au cours de cette saison. En ce sens il a fait tout ce que l’on attendait de lui et il a tout pour devenir un taulier avec la retraite à venir de Bakkies le Sudaf. 

Troisième ligne de la saison 2014-15 championnat de France de rugby

6. Alexandre Lapandry (AS Montferrand Clermont Auvergne)

Comment ne pas récompenser la belle saison auvergnate, bien que celle-ci risque à nouveau d’être blanche… Nalaga un poil vieillisant qui va partir à Lyon en Pro D2 la saison prochaine est sur la fin, Fofana a été un peu en dessous de son niveau de l’an passé en Top 14… La mêlée et la défense ont permis à Clermont de remporter des succès précieux : 13-9 à Toulouse, 21-6 à Brive, 19-8 à Oyonnax, 19-10 contre Castres. De ce côté là, Lapandry, discipliné, toujours juste, a été irréprochable.

7. Steffon Armitage (RC Toulon)

Avec l’Anglais, cela nous fait un (seul) Toulonnais par ligne chez les avants donc, alors que leur mêlée ferait trembler la France et l’Europe entière sous n’importe quelle condition météo. La raison est simple. Les Varois ont un effectif tellement plétorique que personne n’a vraiment eu l’occasion de s’imposer sur une grand majorité de matchs. Mais en plus de Steffon, peut-être va-t-on également retrouver son frère à l’arrière de notre équipe type ? 

8. Imanol Harinordoquy (Stade Toulousain) 

Car il faut toujours des joueurs d’expérience dans un groupe, surtout quand ça va mal, Imanol a su franchir un palier du haut de ses 35 ans. Pour son départ de Biarritz après 10 ans au club, il a prouvé pouvoir réussir hors du pays basque également. Un pari gagnant pour lui et à n’en pas douter pour Toulouse, qui revient de loin après la crise de l’automne dernier. Il est de ceux qui ont permis de remettre l’église au milieu du village. Cette saison permet donc définitivement de le classer parmi les grands joueurs, et pas seulement comme l’excellent joueur d’un seul club.

Charnière type Top14 2014-15

9. Maxime Machenaud (Racing Metro 92)

Allergique aux Maxime l’ami PSA ? Voilà le premier non-sélectionné polémique des 3 Maxime, qui sans conteste ne pouvait absolument pas être absent de notre sélection. 85 ballons au pied, près de 1 200 à la main, les stats de la plaque tournante du club francilien en font le meilleur n°9 français du moment. Il est dans une forme olympique et porte le Racing Metro sur ses épaules. Si le club doute depuis son élimination en quarts de H-Cup, il est regrettable que le cap ne soit pas franchi en championnat puisque leur qualificiation en barrages de Top 14 n’est pas acquise à une journée de la fin.

mch

10. Jonathan Wisniewski (Grenoble)

Après 7 années blanches au Racing Metro, l’ouvreur avait besoin d’un nouveau challenge. Meilleur réalisateur avec son club en 2011, il renouvelle une telle expérience résussie dès son arrivée à Grenoble. L’Albigeois est un véritable playmaker et a pesé sur de nombreuses victoires. Grenoble à la maison c’est un festival d’essais est c’est en grande partie grâce à lui, titulaire indiscutable, et artificier isérois. Un des tops de la saison 2014-15 de Top 14. Au pied comme à la main, aux points comme pour aller à l’essai, il a répondu présent.

Equipe type des trois-quart de Top14 rugby 2014-15

11. David Smith (RC Toulon)

Un des seuls Toulonnais de notre équipe à l’arrière. Pourquoi donc ? Un exemple, Leigh Halfpenny n’a fait que 7 matchs en Top14. Toutefois, on aurait pu citer leur Argentin Nicolas Sanchez, joker médical de Michalak arrivé à l’automne. C’est finalement Smith qui obtient la palme. Il avait mis 20 essais depuis son arrivée à Toulon en 2011. Il explose littéralement cette saison en étant le meilleur marqueur d’essai du Top 14 avec 13 réalisations.

12. Gaël Fickou (Stade Toulousain)

L’ancien Toulonnais, formé sur la Rade mais parti trouver une herbe plus verte ailleurs devant l’affluence de stars internationales, connaît la saison de la maturité à Toulouse. Pris sous son aile par Maxime Mermoz chez les Bleus, dont il a aussi sans doute profité des capacités à la distribution pour diversifier son jeu sous le maillot du Coq, il a explosé en cette saison pré-Coupe du Monde. Il est toutefois trop technique pour les Bleus, ou du moins pour PSA. Tant pis pour le XV de France, Toulouse saura se contenter de ce talent qui a émergé pour de bon.

13. Maxime Mermoz (RC Toulon)

L’ancien Perpignanais réalise de l’avis de tous sa plus belle saison. il est l’un des seuls joueurs qui a su se rendre indispensable dans l’effectif toulounnais. Alors que de son propre aveu, Bastareaud est en dedans depuis 2014, son compère du centre est lui indéboulonnable. Sauf… en équipe de France, où il n’a pas été retenu. Une incompréhension générale pour un joueur ayant pris part à 25 matchs du RCT cette saison (18 en Top14).

14. Julien Arias (Stade Français CASG)

Plus qu’une machine implacable, le Stade Français est une équipe très complète et tournée vers l’avant qui ambitionne secrètement d’arriver en finale du Top 14. L’un des plus beaux jeux du championnat de France est incarné par Plisson, l’ouvreur depuis blessé, Danty, le centre… ou Julien Arias. Auteur de 11 essais, dont un doublé la semaine dernière contre Montpellier (35-21), un des anciens de ce groupe stadiste réalise là sa plus belle saison. L’ailier qui peut aussi jouer en 11… est aussi capable de sauver des essais en 1 contre 1 !

Arrière de la saison 2014-15 de Top 14

15. Gaëtan Germain (CA Brive)

Gaëtan Germain est ce que l’on appelle un artilleur. De ceux qui sont infatigables. Véritable métronome du CAB, l’arrière coujou est capable de marquer tous les points de son équipe dans certains match (1 essai contre Bayonne et tout le reste au pied : 25-9). Après des débuts difficiles (réceptions de Toulon, Clermont et Toulouse), Brive a su arrêter l’hémorragie à la maison à 2 défaites. Aujourd’hui en position de force pour se maintenir, Brive le doit a son pragmatisme et sa patience dans les matchs capitaux. Avec en prime, un coup d’éclat à Montpellier (25-10) où Germain a inscrit 14 points.

Qui d’Arias ou de Lapandry s’illustrera en finale ? Pronostic Clermont Paris Top 14

Profitez des bonus !

Nous vous recommandons les sites ci-dessous pour vos paris rugby :

Newsletter rugby
A télécharger
Parissportifs.com